Qu’attendre cette semaine ? (18 novembre – 24 novembre 2019)

Points Marquants

> Minutes de la dernière réunion de la Fed (20 novembre) et de la dernière réunion de la BCE (21 novembre)
Le procès-verbal de la réunion de la Fed révélera les discussions sur la baisse du taux directeur, mais le point le plus utile sera l’engagement pris, au moins temporairement, sur l’arrêt de la tendance à la baisse du taux de référence. Dans les minutes de la réunion de la BCE, l’accent sera mis sur les discussions relatives aux désaccords importants entre les membres du conseil des gouverneurs après les décisions de septembre.

> Estimations avancées des enquêtes Markit pour novembre dans la zone euro, au Japon et aux États-Unis (22 nov.)
En octobre, le rebond du secteur manufacturier aux États-Unis était une surprise, reflétant principalement la hausse de l’indice des nouvelles commandes à l’exportation. La divergence avec la zone euro et le Japon était étonnante. L’enquête de novembre mettra en évidence la possibilité pour les États-Unis de maintenir une activité robuste alors qu’au Japon et en zone Euro elle restera faible.

> Climat des affaires en France pour le mois de novembre (21 nov.)
L’indice est au-dessus de sa moyenne historique depuis des mois. Ceci est cohérent avec le dynamisme de la croissance française plutôt robuste par rapport à la zone euro. Ceci est lié à la spécificité de la politique économique française qui nourrit la demande intérieure pour amortir un éventuel choc externe. Cette stratégie limite la possibilité d’un ralentissement.

> Compte courant de la zone euro pour septembre (19 nov.)
Le compte courant de la zone euro affiche un excédent important d’environ 3% du PIB. Cela signifie qu’il y a une épargne excédentaire dans la zone euro et que nous avons les moyens d’investir pour améliorer l’autonomie de notre processus de croissance. Parce que l’accumulation de surplus est simplement inutile.

Ventes de maisons existantes aux États-Unis pour octobre (21 novembre) et mises en chantier de logements (19 novembre)
L’indicateur de vente de maisons existantes est une mesure de l’effet de la richesse sur les dépenses de consommation. Son profil récent suggère un ralentissement des dépenses au cours du dernier trimestre de cette année avant un léger rebond au début de 2020.

> La productivité au Royaume-Uni au troisième trimestre (20 novembre)
Le fort ralentissement de la productivité au Royaume-Uni suggère une période prolongée de faible croissance, sauf si l’investissement rebondit fortement. Ce ne sera pas le cas quel que soit l’accord sur le Brexit celui ci continuera à générer une grande incertitude.

> L’indice de la Fed de Philadelphie sera publié le 21 novembre. La balance commerciale japonaise le 20 novembre, l’inflation japonaise d’octobre le 22 novembre et l’indice de confiance des consommateurs allemands le 21 novembre

La Fed baisse encore son taux de référence mais s’arrête là

La Fed baisse son taux de référence à 1.5-1.75%. Elle indique vouloir faire une pause. Les trois baisses de cette année sont cohérentes avec le graphe des dots de septembre. Désormais le taux réel de la fed est négatif alors que le taux de chômage est à 3.5%. Toujours très étrange comme configuration.

On attend la conférence de presse pour savoir ce que Powell dira sur le marché monétaire qui ne se stabilise pas. Là il y a un vrai sujet d’inquiétude.

Sur ce dernier point, la conférence de presse n’apporte rien. C’est: circulez il n’y a rien à voir. Cela ne me rassure pas

La politique monétaire et la dynamique macroéconomique de court terme

L’indice CFNAI (Fed Chicago) indique en septembre que la décision de la Fed d’assouplir sa politique monétaire n’est pas liée à un risque de récession. Un indice proche de -0.7 traduit généralement un risque de récession & une intervention de la Fed. Il est à -0.24 en septembre.
Voir ici pour plus de détails

Les chiffres et événements de la semaine (28 octobre – 3 novembre)

Points Marquants

> La réunion de la Fed avec une conférence de presse et un communiqué de presse mercredi. Deux questions: les désaccords entre les membres du FOMC seront-ils aussi importants qu’en septembre? La Fed va-t-elle abaisser son taux cible? Le graphique des dots suggère une troisième baisse de taux cette année. Sera ce maintenant ou en décembre ?
> Christine Lagarde remplacera Mario Draghi à la présidence de la BCE vendredi prochain. L’équilibre entre la politique et l’économie sera différent de celui du mandat actuel. La tâche principale de Christine Lagarde sera de maintenir la cohésion des membres de la BCE à un moment où la politique monétaire est déjà très accommodante et où l’impact d’un changement pourrait être remis en question et moins important que par le passé.
> Du côté du Brexit, un vote est attendu aujourd’hui sur la possibilité d’élections générales le 12 décembre. Boris Johnson n’aura probablement pas la majorité qualifiée (2/3) pour cela. L’UE, dans un projet, a proposé une extension du Brexit jusqu’à la fin du mois de janvier prochain.
> Les chiffres du PIB seront publiés cette semaine aux Etats-Unis et en France (30) et dans la zone euro, en Italie et en Espagne (31). Les anticipations sont moins élevées qu’au deuxième trimestre. Cela serait cohérent avec les enquêtes menées auprès des entreprises au cours du troisième trimestre.
> L’indice ISM pour le secteur manufacturier (le 1er novembre) sera essentiel pour anticiper le profil du cycle conjoncturel aux États-Unis. L’indice était inférieur au seuil de 50 en août et septembre.
> L’indice PMI officiel chinois (31) et l’indice Markit pour le secteur manufacturier (1er)
Les indices Markit pour le secteur manufacturier seront publiés le 1er novembre sauf en Europe continentale.
> Le rapport de l’emploi américain pour octobre. La dynamique de création d’emplois est plus limitée en dépit d’un taux de chômage à 3.5%
> Des estimations rapides de l’inflation seront publiées en Europe cette semaine. (Zone euro 31). Le prix du pétrole est en moyenne inférieur à celui de septembre (53,7 € en octobre contre 56,7 € en septembre) et doit être comparé au niveau élevé atteint en octobre 2018 (70,3 €). La contribution énergétique sera fortement négative et le taux d’inflation sera probablement inférieur à 0,8% en septembre.

Le document détaillé en anglais est disponible ici
NextWeek-October28-November3-2019

Les interrogations sur la politique monétaire américaine*

Washington, DC. En abaissant une nouvelle fois son taux d’intérêt de référence, la Federal Reserve, la banque centrale américaine, ou Fed, est entrée un peu plus dans une logique nouvelle. Sa politique monétaire évolue désormais indépendamment de la conjoncture américaine. La banque centrale conditionne sa stratégie aux incertitudes mondiales qui pourraient peser sur la conjoncture américaine et dévier celle-ci de sa trajectoire robuste. Les incertitudes sur les échanges mondiaux, les conséquences de la politique commerciale de la Maison Blanche et les inquiétudes sur la croissance mondiale sont autant d’éléments qui poussent la banque centrale américaine à adapter cette stratégie.

Par le passé, le changement vers une politique plus accommodante s’observait généralement quand l’économie ralentissait franchement. En 2007-2008, un manque de liquidité sur le marché monétaire avait été le déclencheur de la nouvelle politique de la Fed. Mais c’était l’exception plutôt que la règle. Dit autrement, la Fed ne réagissait qu’aux aléas de l’économie américaine et était peu soucieuse du reste du monde. C’était à juste titre d’ailleurs puisque la dynamique mondiale était conditionnée par celle des États-Unis.

LA FED FAIT MACHINE ARRIÈRE PAR RAPPORT AUX OPTIONS HAUSSIÈRES DE 2018

Plusieurs remarques sur ce changement dans les priorités :

La Fed fait machine arrière par rapport aux options haussières de 2018. Elle avait alors remonté son taux de référence à 4 reprises. C’était, à l’époque, le bon choix en raison de la politique budgétaire très volontariste de la Maison Blanche alors que l’économie était déjà au voisinage du plein emploi. Il fallait éviter un excès de tensions qui aurait été pénalisant pour l’économie. Ce rééquilibrage des politiques économiques n’avait rien de choquant au regard de la conjoncture.

Cependant, la politique budgétaire n’a pas été aussi efficace qu’anticipée. L’effet d’entraînement sur l’économie a été plus limité. La Fed n’avait alors plus l’obligation de continuer sa stratégie de durcissement monétaire.
Ce changement d’appréciation est arrivé au moment où l’environnement international est devenu à risque notamment en raison de la politique commerciale de la Maison Blanche.

La combinaison de ses deux éléments a incité la Fed d’abord au statu quo puis à la détente. Le calendrier a été très clair. Le 30 janvier 2019 la banque centrale se met en pause avant d’assouplir sa stratégie le 31 juillet puis le 18 septembre. Elle a désormais une stratégie très accommodante puisque le taux des fed funds réel est juste très légèrement positif.

LE POLICY-MIX AMÉRICAIN EST DÉSORMAIS TRÈS ACCOMMODANT ALORS QUE L’ÉCONOMIE EST TOUJOURS AU PIC DU CYCLE

Restons un instant sur la mesure de la politique économique. Le policy-mix américain est désormais très accommodant alors que l’économie est toujours au pic du cycle. Le déficit public est de 1 000 milliards de dollars (presque 5 % du PIB) et le taux réel des fed funds est juste légèrement positif. Quel sera alors la politique économique en cas de choc négatif sur la croissance ? Doit-on imaginer un déficit public encore plus large et peut-on s’attendre à des taux d’intérêt négatifs de la Fed ?

C’est pour cette combinaison pas très heureuse que l’on peut penser que la Fed s’est hâtée dans le changement de sa stratégie accommodante. L’économie est encore robuste et ne nécessite pas de stimulus monétaire. En outre l’économie est toujours très fermée. Son activité et sa dynamique sont franchement conditionnées par son marché intérieur. Cela veut dire que les facteurs externes sont trop importants dans la gestion de la politique monétaire. En 2018, le taux d’ouverture1 de l’économie américaine est un peu inférieur à 14% soit un niveau à peine supérieur à la moyenne constatée depuis 2000 (13,7% contre 13,4% en moyenne depuis 2000). L’économie n’est pas plus dépendante du monde externe qu’elle ne l’était il y a 10 ou 15 ans. Pourquoi alors changer les déterminants de la politique monétaire en gommant les aspects internes et en ne prenant en compte que les facteurs externes ?

DES INTERROGATIONS TOUJOURS SUR LES DÉTERMINANTS DE LA POLITIQUE MONÉTAIRE

C’est ce point qu’il faudrait éclairer dans les questions posées à Jay Powell lors de ses conférences de presse. Est-ce que ce changement reflète une pression des investisseurs pour avoir des valorisations financières toujours plus élevées ? Est-ce la pression de la Maison Blanche qui voudrait que la Fed adopte des taux d’intérêt toujours plus bas ? Est-ce parce que Powell n’a pas la capacité à avoir une doctrine claire sur ce que doit être la politique monétaire dans ce monde confus ? Les trois éléments peuvent être pris en compte. Mais cette précipitation se traduit par une erreur de politique économique.

ON PEUT TROUVER UNE AUTRE EXPLICATION À LA STRATÉGIE DE LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE

La croissance mondiale est moins vive que celle que chacun souhaiterait. Le monde apparait plus morcelé que par le passé et n’a plus ces caractéristiques de coordination et de coopération que l’on pouvait constater il y a encore quelques années durant la phase de globalisation. En d’autres termes, les dynamiques sont plus hétérogènes, provoquant de l’incertitude et pénalisant ainsi la croissance.

Dans le même temps, on ne perçoit pas de capacité à mener des politiques budgétaires coordonnées à l’échelle globale. La relance de 2009 semble bien loin. Américains, chinois et européens ont sur ce point des visions peu cohérentes les unes avec les autres. On ne peut pas s’attendre à disposer d’une relance globale de l’activité alors que ce serait probablement un facteur de soutien fort et durable à l’activité.

LES BANQUES CENTRALES METTENT EN ŒUVRE COLLECTIVEMENT DES POLITIQUES TRÈS ACCOMMODANTES AFIN DE NE PAS CONTRAINDRE L’ÉCONOMIE GLOBALE

Fortes de ce constat, les banques centrales mettent en œuvre collectivement des politiques très accommodantes afin de ne pas contraindre l’économie. L’objectif n’est alors pas de relancer la croissance à tout prix. Les prévisions de croissance publiées par la BCE ou la Fed ne vont clairement pas dans ce sens. L’objectif est de limiter le risque sur la croissance mondiale. La BCE, la Fed, la Banque du Brésil et de nombreuses banques centrales émergentes ont adopté cette stratégie. Cela expliquerait le biais extérieur dans les déterminants de la politique monétaire américaine.

DANS L’ATTENTE D’UNE IMPULSION BUDGÉTAIRE OU TECHNOLOGIQUE

Le seul problème est que si une telle cohérence est souhaitable, cette dynamique coordonnée apparaît un peu comme la stratégie de la dernière chance en attendant qu’une impulsion budgétaire ou technologique vienne changer la donne de façon durable. Dès lors, les taux d’intérêt des banques centrales vont rester très bas pour encore très longtemps. La BCE a sur ce point indiqué que son taux de référence resterait au niveau actuel tant que l’inflation ne convergerait pas structurellement vers 2 %. Cela peut être très long et beaucoup plus long qu’on ne l’imagine. La Fed a encore un peu de marge par rapport à la zone euro mais celle-ci pourrait se réduire très vite. Les banquiers centraux donnent du temps aux gouvernements pour trouver une solution mais ils ne tiendront pas forcément aussi longtemps que souhaité.

SOURCES
* La publication originale a été faite sur le site du think-tank Le Grand Continent. C’est un think-tank consacré à la géopolitique. Vous pouvez retrouver le document publié ici sur le site LeGrandContinent.eu
1. Le degré d’ouverture est le rapport entre la demi-somme des importations et des exportations sur le PIB